Jardiner écolo

Vous cultivez des légumes dans un grand potager, un carré potager ou des pots sur un balcon. Vous avez la passion des fleurs ou des arbres fruitiers. Vous devez faire face à une série de problèmes qui risquent de nuire à la santé de vos plantations. Pas question pour autant de recourir à des solutions chimiques et agressives.

vos meilleurs Tuyaux

EBG a demandé aux visiteurs passés sur l’un de ses stands de répondre à une enquête. Des jardiniers amateurs ou éclairés ont joué le jeu. Leurs astuces sont souvent faciles à mettre en œuvre. Outre le fait qu’elles contribuent à protéger la nature, elles préservent aussi votre porte-monnaie.

🌳 Vos allées ou vos parterres sont envahis de mauvaises herbes. Quelles solutions adoptez-vous ?

« Ce n’est pas grave », estime Françoise, agricultrice en bio à la retraite, qui ne s’en préoccupe donc pas. « Les mauvaises herbes n’existent pas. Il faut profiter des plantes et de leurs opportunités », souligne Ludovic qui se destine au métier de paysagiste.

Tous les autres répondants préconisent… de l’huile de coude assortie de recettes et d’outils facilitateurs.

• Dans les allées gravillonnées ou pavées, vous pouvez arroser les plantes indésirables avec l’eau de cuisson des pommes de terre ou des haricots verts, ou simplement de l’eau chaude, ou encore du vinaigre d’alcool incolore additionné d’une quantité équivalente d’eau.

Autre truc efficace : saupoudrer les plantes avec du bicarbonate de soude technique.

• Dans les parterres et au potager, Jeanne retourne la terre, attrape les mottes d’herbes, les secoue pour enlever la terre et met les herbes au compost. André utilise la binette.

Serge et Isabelle apprécient les services d’une gouge de désherbage. « Si c’est très envahi sur une large surface, la grelinette (outil à deux manches, et quatre ou cinq dents, permettant de labourer avec peu d’efforts par rapport à la bêche) a une double fonction et même plus, détaillent-ils. Elle aère la terre. Le désherbage est facile. Pas de bêchage à la suite (on protège nos petites bestioles) et bien moins d’efforts que la bêche (plus de mal au dos…). »

À noter que Monique combat le liseron avec du sel.

🌳 Quels sont vos trucs pour éloigner les Insectes non butineurs comme les pucerons ou les doryphores, par exemple ?

• Pour les pucerons, Florence et Jeanne rincent les extrémités des rosiers avec le jet d’eau afin de les faire tomber. Nombreux sont ceux qui pulvérisent un mélange d’eau et de savon noir ou de liquide vaisselle en y ajoutant parfois un soupçon d’alcool ménager.

Les coccinelles sont évidemment réputées pour être de précieuses alliées des jardiniers écolo, « mais il en faut en trouver des locales », insiste Françoise.

Serge et Isabelle favorisent leur présence en plantant du fenouil sauvage rapporté du sud de la France. « Les cocs adorent se balader là dedans » constatent-ils.

• Pour la teigne des poireaux, André recommande de faire bouillir des feuilles de rhubarbe et de vaporiser les légumes avec cette décoction.

• Pour les doryphores, « après avoir testé le lin entre les rangs, l’épandage de son sur les feuilles, le ramassage merveilleux des larves, nous avons opté pour l’extinction de la race ! Plus de patates pendant quelques années », racontent Isabelle et Serge. Quant à Brigitte, elle épand du purin d’ortie, sème des capucines et des œillets d’Inde qui éloignent les vilains insectes (mais pas forcément les doryphores).

🌳 Comment réagissez-vous face à une « invasion » de limaces et d’escargots ?

« L’idéal serait un hérisson », réagit Françoise. Sans son aide, on peut ramasser limaces et escargots à la tombée de la nuit et les donner aux poules. On peut aussi faire reculer les envahisseurs en jonchant le sol de coquilles d’œuf, de cendre ou de sciure de bois.

Le fabuleux piège à bière a bien des adeptes. Des pots de confiture à demi enterrés et remplis d’une petite mousse font parfaitement l’affaire.

🌳 Et face à une « invasion » de fourmis ?

Jeanne est catégorique : « Les fourmis améliorent la terre en la rendant plus légère. Je borde mes parterres de pierres, elles se mettent en dessous et ne font plus leur nid au milieu des plantations. Lorsqu’elles rentrent dans la maison, je repère ce qu’elles viennent chercher (du sucre, par exemple), je l’enferme de façon hermétique ou j’en écrase quelques-unes en laissant les cadavres. Du coup, les autres s’en vont. » Monique, elle, éloigne les fourmis avec des feuilles de noyer.

Plusieurs personnes vantent les vertus du citron moisi, du sel, du poivre ou du bicarbonate de soude. André exploite les propriétés insectifuges de la tanaisie commune, une plante aux fleurs jaunes qui peut aussi être ornementale.

🌳 Avez-vous une ou plusieurs recettes pour fabriquer de l’engrais naturel ?

• Le compost et le purin d’ortie arrivent en tête du hit­parade des engrais naturels. Pour fabriquer du purin d’ortie, il suffit de « mettre des orties à macérer pendant huit jours dans de l’eau », explique Nadine. Par ailleurs, Isabelle remarque qu’il est efficace de mettre des feuilles d’ortie à la plantation des tomates.

• Angèle et André recourent au fumier de cheval, ils ont la chance d’en avoir.

• Serge fait du bois raméal fragmenté (BRF), un mélange non composté de résidus de broyage. « Dix centimètres la première année, après trois centimètres par an, précise-t-il. Cela rapporte une couche d’humus, rapporte toute une vie d’insectes dans la partie supérieure de la terre et garde l’humidité. Problème les premières années, un déficit en azote d’où une difficulté pour certains légumes, pour les semis à petites graines. Il ne faut plus bêcher, mais utiliser la grelinette. Cela se rapproche de la permaculture. »

🌳 Comment ne pas gaspiller l’eau au jardin ?

En récupérant l’eau du ciel et en paillant, pardi ! « Le mieux, c’est de ne pas laisser la terre croûter et de biner pour que l’eau ne ruisselle pas et imprègne bien la terre », conseille Jeanne. Afin d’espacer les arrosages au potager, on peut aussi « faire des rigoles entre les rangs et laisser le tuyau couler tranquillement pour que l’eau atteigne les racines des légumes », suggèrent Isabelle et Serge. Et de rappeler — à l’instar de Ludovic — l’intérêt d’adopter la méthode du BRF.

🌳 Au verger, comment attirez-vous les abeilles et autres insectes pollinisateurs utiles aux arbres fruitiers ?

En installant des plantes mellifères à proximité ou au pied des  arbres, thym, sarriette, romarin, buddleia, bourrache… Monique a carrément planté un arbre à papillons et Jeanne livre une astuce à la portée de chacun : « Je ne tonds pas de façon intempestive. Je laisse quelques fleurs sauvages, je laisse ma lavande fleurir tard dans la saison (elle est remontante jusqu’à novembre). »

🌳 Si votre récolte de fruits est trop abondante, que faites-vous pour ne pas perdre le surplus ?

Réponses de gourmands ! Des confitures, des pâtes de fruits, des conserves, des compotes et des coulis qui se congèlent sans souci. Pour les pommes, mieux vaut en avoir plusieurs variétés afin d’en déguster de septembre à avril. L’idéal est de les garder dans une cave ou un local sombre.

Si la récolte est vraiment trop abondante, Gillian en distribue à qui en veut. Monique en partage aussi avec ses voisins et en garde pour bichonner les oiseaux pendant l’hiver. Autre idée sympathique : « Au boulot, adopter le concept corbeille de fruits partagés à la pause café ou thé. C’est mieux pour la santé que les croissants », écrit Isabelle.

🌳 Que faites-vous de vos déchets verts ?

Au pire, on les apporte à la déchetterie, mais rien ne part à la poubelle. Les branchages peuvent faire office d’allume-feu dans la cheminée. Tout le reste nourrit les composts.  L’hiver, mieux vaut enterrer les déchets dans le sol plutôt que de faire du compostage en silo. On peut également les étaler sur de grands cartons qui servent de base au jardinage  en lasagne : une solution appréciée des paresseux, paraît-il.

Le mot de la fin revient à Nadine qui livre une astuce intéressante : si vous avez un noyer, mettez les feuilles dans le poulailler pour en chasser les poux !

👉 D’autres idées à partager ? Envoyez-nous un e-mail.

Pour aller plus loin
Quelques sites
Des brochures en PDF
Bibliographie sur le jardinage

Sélection d’ouvrages 2018 du centre de ressources de la MCE (Maison de la consommation et de l’environnement de Rennes).